QUESTIONS FREQUENTES

Qu’est-ce que le CACES ?

Le CACES ®, Certificat d’Aptitude à la Conduite En Sécurité, est un examen destiné à valider la formation du personnel amené à conduire des engins tel que l’exige le code du travail. Le CACES ® est délivré par des organismes certifiés. Ce système se décline en plusieurs grandes familles d’équipement, chaque famille étant composée de sous-catégories regroupant des engins de même type :

Les familles du CACES

Les ponts roulants : R318
Les engins de chantier : R372M
Les nacelles : R386
Les chariots élévateurs : R389
Les grues auxiliaires : R390

Comment obtenir un CACES ?

Lors de l’examen CACES ®, ce sont les connaissances de la réglementation et la capacité à conduire en sécurité qui sont évaluées. Il est donc souvent nécessaire de s’y préparer par une formation théorique et pratique

Théorie
La formation théorique se déroule en groupe, dans une salle de cours et dure généralement une journée (7 heures). La formation théorique est différente selon la famille d’engins : engins de chantiers, chariots de manutention, nacelles, grues auxiliaires, etc.

Pratique
Cette formation, en groupe restreint (objectif 2 à 4 stagiaires par machines), se déroule sur une aire d’exercice spécifique dotée des équipements requis par les recommandations de la CNAMTS. La durée varie selon le niveau des stagiaires et le souhait du client. En général elle dure de 1 à 3 jours. La formation pratique est adaptée spécialement à la catégorie d’engins visée. Par exemple la formation pour la conduite d’une nacelle 3A est différente de la formation pour la conduite d’une nacelle 3B.

L’examen du CACES
A l’issue de la formation, les stagiaires passent l’examen CACES ® afin de valider leur capacité à conduire en sécurité un engin spécifique.
Ce document permettra ensuite à leur employeur de leur délivrer l’autorisation de conduite imposée par le Code du Travail (après vérification de l’aptitude médicale et formation aux risques inhérents aux lieux de travail). L’examen CACES ® comporte une partie théorique et une partie pratique. L’examen est réalisé par un testeur certifié, obligatoirement différent du formateur. Le testeur vérifiera tout le matériel avant le début du test. Un testeur ne peut réaliser plus de 6 tests pratiques par jour.
Si un candidat est reçu à l’une des deux parties du test elle lui est acquise pour une durée de 6 mois. Il peut donc repasser uniquement la partie échouée pour obtenir le CACES ®

Quel CACES choisir ?

Cliquez sur le bouton correspondant a votre besoin pour obtenir de plus amples informations concernant les différentes catégories du CACES sélectionné.

Vous souhaitez passer un CACES sur les ponts roulants ?
Vous souhaitez passer un CACES sur les engins de chantier ?
Vous souhaitez passer un CACES sur les plates-formes elevatrices de personnes et/ou nacelles ?
Vous souhaitez passer un CACES sur les grues auxiliaires de chargement de véhicule ?

Financer sa formation en étant salarié

Quels sont les différents modes d’accès à la formation du salarié ?

Le plan de formation de l’entreprise

L’employeur peut planifier, après consultation des représentants du personnel, un certain nombre de formations dans l’année ou sur une période plus longue. Dans ce cadre, il est libre de décider d’envoyer ou non un salarié en formation ou bien d’interrompre la formation et de rappeler le salarié à son poste de travail Il lui incombe également de financer la formation et de maintenir la rémunération et la protection sociale du salarié en stage.

Le congé individuel de formation (CIF)

L’initiative de suivre une formation appartient ici au salarié qui remplit certaines conditions. Il choisit la formation qui lui convient. À son terme, le salarié retrouve son poste de travail ou l’équivalent. Il existe d’autres congés avec des objectifs de formation plus spécifiques tels le congé de formation économique, sociale et syndicale, le congé de formation des membres du comité d’entreprise, le congé de bilan de compétences ou encore le congé pour validation des acquis de l’expérience.

Le Compte Personnel Formation (CPF)

Directement inspiré du Droit Individuel à la Formation (DIF), le Compte Personnel de Formation (CPF) le remplace à compter du 1er janvier 2015. Créé par la loi relative à la formation professionnelle, à l’emploi et à la démocratie sociale, le Compte Personnel Formation doit permettre aux salariés, demandeurs d’emploi et jeunes diplômés d’avoir accès à la formation continue.

Il a été conçu afin d’accroître le niveau de qualification de chacun et de sécuriser le parcours professionnel des salariés. Il élargit également les prérogatives du DIF : parmi les modalités d’action du CPF, on retrouve notamment le principe d’une réserve d’heures à disposition de chaque personne en âge de travailler, dont le déclenchement aura lieu dès la recherche du premier emploi, au plus tôt dès 16 ans, voire 15 ans pour un jeune en apprentissage.

Un des principaux atouts de ce dispositif : le compte personnel de formation suivra le salarié lors d’un changement de poste ou durant ses périodes de chômage et ce jusqu’à sa retraite. Contrairement au DIF, le compte formation personnel sera plafonné à 150 heures contre 120 heures dans l’ancien dispositif. Des abondements supplémentaires sont également prévus en cas de non-respect de la part des entreprises par exemple, permettant de dépasser le plafond.

Comment mobiliser mon Compte Personnel de Formation ?

Vaste question ! Depuis l’arrivée du CPF comme remplaçant du DIF, difficile de trouver des réponses claires à des questions simples : comment utiliser ses anciennes heures de DIF, comment utiliser son CPF, quelles formations faire avec le CPF, que faire si je veux faire une formation longue…? Découvrez comment utiliser concrètement votre CPF et à qui vous adresser pour obtenir des réponses à vos questions.

Voici les étapes à franchir :

  1. Vous voulez faire une formation : la première étape est de trouver la formation qui vous plaît. Renseignez-vous auprès d’un ou plusieurs organismes de formation qui vous aideront à accomplir les démarches pour être financé.
  2. Vérifiez si votre formation est éligible au CPF : pour cela, rendez-vous sur le site officiel du CPF muni du code NAF ou APE de votre entreprise actuelle ou de votre dernière entreprise. Toutes les étapes sont décrites ici. Cependant, toutes les formations éligibles ne figurent pas encore sur les listes. le mieux est donc de contacter l’OPCA de votre branche.
  3. Informez votre employeur : Si la formation doit se faire sur le temps de travail, vous devez demander une autorisation d’absence via une lettre 3 à 6 mois avant le début de la formation. Celle-ci doit préciser les coordonnées, le projet et la formation choisie avec tous les détails la concernant. l’employeur a 30 jours pour vous répondre (une non réponse équivaut à acceptation). Le cas échéant, si la formation se fait HTT (hors temps de travail), vous n’avez pas l’obligation de l’informer sur votre démarche. Selon la formation choisie (en rapport ou non avec votre métier actuel), l’entreprise pourra vous proposer de financer votre formation dans le cadre du plan de formation. Le cas échéant vous pourrez alors tenter de mobiliser les heures dont vous disposez sur votre CPF.
  4. Demandez un financement auprès de votre OPCA de branche. Vous souhaitez faire une formation longue pour changer de métier et faire un Congé Individuel de Formation (CIF) ? Vous aurez dans ce cas besoin de faire une demande écrite argumentée pour demander l’obtention de la prise en charge des frais liés à votre formation (rémunération, frais pédagogiques, frais annexes, frais de garde d’enfants…). Attention, l’OPCA peut vous refuser le financement s’il ne considère pas votre cas comme prioritaire (les publics prioritaires étant les personnes faiblement diplômés, les emplois précaires…).
  5. Attendez la réponse de l’OPCA : concrètement, le CPF peut s’articuler avec des dispositifs existants destinés aux salariés comme le plan de formation de l’entreprise, la période de professionnalisation ou le congé individuel de formation (CIF), dans la mesure où ceux-ci pourront abonder le CPF. Si le salarié mobilise son CPF dans le cadre d’un CIF, c’est le Fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels (FPSPP) qui prend en charge les frais pédagogiques associés au CIF. C’est d’ailleurs cette même entité qui prend en charge le financement des formations des demandeurs d’emploi dont le projet a été validé par Pôle Emploi, dans la limite du nombre d’heures inscrit sur le compte.
  6. Et si je n’ai pas assez d’heures sur mon CPF ? Des dispositifs d’abondement existent pour le financement des formations longues ! Dans l’ordre, l’OPCA mobilisera d’abord les heures de DIF restantes et non utilisées de votre Compte, suivront les heures acquises dans le cadre du CPF, puis les abondement via par exemple le CIF.

Les périodes de professionnalisation ont pour objet de favoriser, par des actions de formation, le maintien dans l’emploi de salariés en contrat à durée indéterminée (ou en CDI ou CDD dans le cadre d’un contrat unique d’insertion) rencontrant des difficultés particulières. Six catégories de bénéficiaires potentiels sont visées :

  • les salariés dont la qualification est insuffisante au regard de l’évolution des technologies et des organisations
  • les salariés qui comptent vingt ans d’activité professionnelle ou âgés d’au moins 45 ans et disposent d’une ancienneté minimum d’un an de présence dans la dernière entreprise qui les emploie
  • les salariés qui envisagent la création ou la reprise d’une entreprise
  • les femmes qui reprennent une activité professionnelle après un congé de maternité ou aux personnes dans la même situation après un congé parental
  • les bénéficiaires de l’obligation d’emploi prévue à l’article L. 5213-13 du Code du travail, notamment les travailleurs reconnus handicapés par la CDAPH
  • les salariés bénéficiaires d’un contrat unique d’insertion (disposition en vigueur depuis le du 1er janvier 2010). La période de professionnalisation peut se dérouler pour tout ou partie en dehors du temps de travail.

Financer sa formation en étant demandeur d’emploi

L’action de formation financée par Pôle Emploi

L’action de formation conventionnée par Pôle emploi – AFC – vise elle aussi à faciliter le retour rapide à l’emploi. Sa mise en oeuvre permet de combler un écart entre les compétences détenues par un – ou des – demandeurs d’emploi et les exigences du marché du travail.

Quel public concerné
Vous êtes demandeur d’emploi indemnisé ou non indemnisé. Avec votre conseiller Pôle emploi, le besoin de formation est apparu comme une démarche importante à mener pour accéler votre reprise d’emploi.

Quelles démarches mener
Votre conseiller Pôle emploi a diagnostiqué avec vous le besoin de formation dans un domaine couvert par l’action de formation conventionnée. Il va vous aider à trouver la formation qui va accélérer votre reprise d’emploi Il va également vous aider à remplir les formulaires liés à votre entrée en formation.

Objectif de la formation
L’action de formation conventionnée représente l’opportunité d’amener les connaissances et compétences de demandeurs d’emploi au niveau demandé par le marché du travail,
en termes de savoir faire (savoir faire techniques, permis C, D, FCOS, langues étrangères, etc.)
en termes de diplômes, notamment pour certaines activités (aide à domicile, travail auprès d’enfants, etc.)
Quand elle est mise en oeuvre collectivement, l’action de formation conventionnée se déroule en centre de formation. Elle résulte d’un besoin d’embauches et de qualifications constaté auprès d’entreprises à potentiel d’emplois. Elle est suivie d’une embauche. Mise en oeuvre individuellement, l’action de formation conventionnée peut aussi s’inscrire dans un parcours de Validation des Acquis de l’Expérience professionnelle (VAE), dont elle facilite la réussite.

Quelles aides associées
L’action de formation conventionnée par Pôle emploi donne droit
à l’allocation de recherche d’emploi en formation (AREF) pour les demandeurs indemnisés au titre de l’allocation de recherche d’emploi
à la rémunération de formation Pôle emploi (RFPE) pour les demandeurs d’emploi non indemnisés
De plus, L’action de formation conventionnée par Pôle emploi donne droit à l’aide aux frais associés à la formation (AFAF).

Financer son CACES en étant intérimaire

Quelles conditions devez-vous remplir ?

Avoir l’ancienneté nécessaire dans le travail temporaire et dans votre ETT

Vous disposez d’un droit à la formation d’une durée maximale de 40 heures par tranche de 2700 heures travaillées, dans la limite de 120 heures.

A la date de votre demande vous avez effectué:
2700 heures de mission sur 24 derniers mois dont 2100 heures dans l’entreprise de travail temporaire où vous faites votre demande     40 heures
5400 heures de mission sur 48 derniers mois dont 2100 heures dans l’entreprise de travail temporaire où vous faites votre demande     80 heures
8100 heures de mission sur 72 derniers mois dont 2100 heures dans l’entreprise de travail temporaire où vous faites votre demande     120 heures

Les contrats de professionnalisation et les contrats spécifiques au travail temporaire (CIPI, CDPI)dont vous avez éventuellement bénéficié ne rentrent pas dans le calcul de l’ancienneté. Il vous appartient de justifier auprès de votre entreprise de travail temporaire de votre ancienneté en produisant des bulletins de paie et/ou des attestations Pôle emploi correspondant à la période de référence.

Respecter les délais pour effectuer votre demande

Vous devez faire votre demande, par écrit, à l’entreprise de travail temporaire dans laquelle l’ancienneté est acquise au plus tard dans le mois qui suit la fin de la dernière mission réalisée pour cette entreprise et au moins un mois avant le début de la formation.

Faire votre demande par écrit

Votre demande doit préciser :

  • l’objectif poursuivi
  • le type d’action de formation choisie
  • l’organisme de formation pressenti
  • la période à laquelle vous souhaitez suivre l’action : l’action prévue doit se situer soit en dehors d’une période de mission soit en dehors des horaires de mission

Votre entreprise peut mettre à votre disposition un formulaire type de demande. Elle dispose d’un délai maximum de 30 jours pour vous répondre à partir de la date de réception de votre demande. Si la réponse est négative, elle doit vous être faite, par écrit, et préciser le ou les motifs du refus ou du report.
Si la réponse est positive, l’entreprise de travail temporaire procède à votre inscription à l’action demandée. Le choix de l’organisme de formation et les dates retenues peuvent être modifiés par accord entre vous et votre entreprise.

Cas de refus de votre DIF par l’entreprise

Votre DIF peut être refusé pour, notamment, un des motifs suivants :

  • absence de fonds disponibles
  • conditions d’ouverture des droits non remplies
  • action n’entrant dans le cadre des actions prévues pour le DIF
  • non-respect de la procédure de demande
  • action se déroulant pendant une période de mission
  • action de formation dont l’objectif professionnel et d’emploi n’est pas avéré

Votre entreprise examine les demandes qui lui sont faites dans la limite des fonds disponibles et selon les modalités qu’elle a définies. Si les fonds sont épuisés, vous avez la possibilité de renouveler votre demande.

Attention : si vous êtes titulaire d’un CDD ou d’un CDI ou moment du démarrage de l’action, votre demande devient caduque.

Si vous n’avez pas utilisé vos droits acquis au titre du DIF au terme des 72 mois (6 ans), vous ne les avez pas perdus pour autant, vos droits restent plafonnés à 120 heures. Vous conservez vos droits tant que vous remplissez les conditions d’accès au DIF intérimaire. Lorsqu’une action a été réalisée, quelle que soit sa durée, votre compteur individuel est remis à zéro. Vous devez acquérir de nouveau l’ancienneté nécessaire pour alimenter un nouveau droit individuel à la formation. Le point de départ de la nouvelle ancienneté correspond à la date de dépôt de la demande du DIF auprès de l’entreprise.

Pour en savoir plus sur les différents modes de financement, suivez le lien: www.topformation.fr/guide/articles/financer-formation-professionnelle-guide-pratique-12790